Luçon. Incendie de Bio-Habitat : le Préfet prescrit des mesures d'évaluation des conséquences environnementales

Partager :


Publiée le 08/09/2021

Le Lundi 30 août dernier, 3000 m² de l'entreprise de mobil-homes appartenant au Groupe Beneteau ont été ravagés par les flammes. Si les causes exactes du sinistre ne sont pas encore connues, le Préfet de la Vendée vient de demander des mesures d'évaluation et de gestion des conséquences environnementales de cet incendie, qui a suscité beaucoup d'émotions et de réactions de la population.

Incendie Bio-Habitat 1

Incendie de l'entreprise Bio-Habitat le lundi 30 août 2021  | Crédit photo : TLSV

 

 

Important dégagement de fumées durant l'incendie

Il est aux environs de 18h45 le lundi 30 août 2021, lorsque les sapeurs-pompiers sont appelés pour un incendie dans l'entreprise Bio-Habitat qui fabrique des mobil-homes à Luçon. Grâce à la mobilisation rapide du Service départemental d’incendie et de secours (SDIS) de la Vendée, une grande partie du bâtiment dans lequel s’est déclaré l’incendie, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, a pu être préservée. Au cours de cette intervention, 86 sapeurs-pompiers et 39 véhicules issus de 21 centres de secours ont été mobilisés.

Du fait de l’important dégagement de fumée, près de 50 personnes résidant aux abords de l’entreprise ont été invitées à quitter momentanément leur domicile à titre préventif. Elles ont été accompagnées par les sapeurs-pompiers et accueillies par les services de la mairie au gymnase du Moulin Rouget, près du lycée Atlantique. Tous les habitants ont pu rejoindre leur domicile en fin de soirée. Une jeune fille de 11 ans souffrant d’asthme a été transportée à l’hôpital pour des examens complémentaires.

Lors de l'intervention des services de secours, les prélèvements effectués par le Service départemental d’incendie et de secours afin de mesurer les effets du dégagement de fumée n'ont montré aucune toxicité aigüe dans les fumées ou dans les eaux d’extinction.

 
Incendie Bio-Habitat 3

Incendie de l'entreprise Bio-Habitat le lundi 30 août 2021  | Crédit photo : TLSV

 

Inspection de la DREAL
Dans un communiqué en date du 8 septembre 2021, le Préfet de la Vendée précise que suite à l'incendie, « une mission d’inspection de la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL) s’est rendue sur place dès le mardi 31 août au matin pour effectuer les premières constatations des dégâts du sinistre et ses potentiels impacts sur l'environnement.
»

Sur la base des conclusions du rapport de l'inspection des installations classées pour la protection de l’environnement, le Préfet de la Vendée a pris le 1er septembre 2021 un arrêté imposant à la société Bio-Habit
at les prescriptions de mesures immédiates d’évaluation et de gestion des conséquences environnementales du sinistre. Ces mesures portent sur la remise d'un rapport d'accident précisant les causes de de l'accident et les actions correctives mises en œuvres et la réalisation de prélèvements dans l'environnement pour évaluer et vérifier l'absence d'impact sur les milieux (air, sol, eau) de l'incendie.

Les services de l’État et la ville de Luçon en lien avec l’exploitant restent pleinement mobilisés dans le suivi de la gestion des conséquences de cet incendie. A ce titre, une réunion sanitaire d’information organisée conjointement par les services de l’Etat et la ville de Luçon se tiendra prochainement en mairie.

 

      Incendie Bio-Habitat intérieur

 

Incendie de l'entreprise Bio-Habitat le lundi 30 août 2021  | Crédit photo : TLSV

 

90 personnes en chômage partiel
Des interrogations persistes toujours sur l'avenir du site luçonnais et du personnel. 120 personnes travaillent sur le site de l'usine où 3 000 m² ont été ravagés par les flammes sur le bâtiment de 7 000 m².
Dès le lendemain du sinistre, la direction a réuni la totalité des salariés pour évoquer cette situation inédite, à la salle des fêtes de Luçon, mise à disposition par la municipalité. Des propositions de redéploiement du personnel ont été faites aux salariés dans d'autres établissement du groupe. Ces redéploiements sont réalisés à titre provisoire pour éviter des périodes de chômage partiel trop longues. A court-terme, une solution est recherchée pour redémarrer une activité de production de mobil-homes sur le même bassin d’emploi préservant la totalité des emplois.

Une quinzaine de personnes ont acceptées de partir travailler sur d'autres sites détenus par le groupe comme à Givrand (Vendée), Sainte-Hermine (Vendée), Lézignan-Corbières (Aude) ou encore Lesquin (Nord).  90 autres salariés sont actuellement en chômage partiel et reçoivent 72% de leur salaire net.


CSE extraordinaire
Vendredi 10 septembre 2021 à 14h, une réunion extraordinaire du Comité social et économique (CSE) se tiendra en présence des représentants du personnel et de la direction générale de l'entreprise pour aborder le suivi des plans d'actions et des moyens déployés, l'étude de faisabilité de reprise de l'exploitation et le volet social de l'entreprise.

 

 

Reportage : incendie de l'entreprise Bio-Habitat le lundi 30 août 2021  | © TLSV

 

 

 

A LIRE AUSSI

Santé
Luçon. La ville réédite son soutien à la Joséphine

La Joséphine 2020 - Luçon - 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

banque alimentaire

collecte banque alimentaire vignette

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter et restez informé de toute l'actualité de TLSV !